A la découverte du Lied post-romantique : Gustav Mahler & Alexander Zemlinsky

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Les places peuvent être retirées 30 minutes avant le début de l'animation.
Aucune entrée ne sera autorisée après la fermeture des portes.

 

Suite au splendide concert de la saison dernière : « Lieder für Weimar » du couple d’artistes formé par Florent Karrer (baryton) & Chloé Elasmar (piano), retrouvons le Duo Vagabond dans un programme d’une veine ici plus « post-romantique » qu’évoquant le cabaret : seront interprétés l’orfèvre de la mélodie Gustav Mahler et son contemporain trop méconnu Alexander Zemlinsky. 

Avec : Duo Vagabond.


 

Programme :

Gustav Mahler :

  • extraits de « Des knaben Wunderhorn »
  • Ich bin der Welt abhanden gekommen (Rückert Lieder)
  • Nicht wiedersehen ; Zu Strasburg ; Phantasie

Alexander Zemlinsky

  • Lieder de l’opus 13
  • Es war ein alter König

Détails des prochaines sessions

Aucune prochaine date

Le lied post-romantique, première partie

Accaparé par ses fonctions officielles à Vienne, Gustav Mahler a peu composé de mélodies, une quarantaine, mais a laissé une marque profonde dans le genre de part leurs qualités, qui égalent en miniatures ce qu’elles perdent dans le gigantisme de la plupart de ses symphonies. Il puisera d’ailleurs des thèmes de ces dernières dans certains lieder comme le deuxième de cette sélection, au thème célèbre utilisé par Visconti. Verve et gravité sublime y disputent prééminence.

 

 

Le contemporain de Mahler, Alexander Zemlinsky, est mort oublié et sans le sou aux USA en 1942 ; il avait pourtant fréquenté avant lui sa femme, qui n’était pas resté qu’une élève, et était par la suite devenu le beau-frère d’Arnold Schoenberg. Mais inspiré de la tradition romantique tout en refusant l’entrée dans l’atonalité de l’Ecole de Vienne, il est à la fois partout et nulle part. On redécouvre à peine son œuvre et notamment sa centaine de mélodies évoluant de la tradition (op.2) à une concentration de moyens et des audaces dans le choix des derniers textes mis en musique (les hindous anciens ou l’afro-américain Langston Hughes de l’op.27)

 

Retrouvez les mélodies de ces compositeurs en recherchant leur nom et en ajoutant « lieder » :