Par Raphael Fonfroide.

En écho à l'exposition Christian Boltanski du 13 novembre 2019 au 16 mars 2020, au MNAM, Centre Pompidou, Paris.
L'œuvre de Christian Boltanski s'articule autour de deux notions : la fragilité et la disparition. Il met en scène des photographies, des vêtements, des bottins, etc. Les objets deviennent des reliques qui interrogent les limites de la mémoire, les mécanismes de la perte d'identité. Hanté par la Shoah, Boltanski cherche à prendre en compte non seulement le massacre du peuple juif mais aussi la question obsédante de savoir comment il est possible qu’une telle atrocité ait pu se produire.
Boltanski : « Le passage du personnel au collectif m'a toujours intéressé. Même alors que je faisais semblant de parler de mes souvenirs, je puisais non dans ma mémoire, mais dans le souvenir collectif. »

 

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Les places peuvent être retirées 30 minutes avant le début de l'animation.
Aucune entrée ne sera autorisée après la fermeture des portes.

 

 

 

Détails des prochaines sessions

Aucune prochaine date