Guignolo ou professionnel ?

 

 

Ayant tourné sous la direction de grands réalisateurs français (Louis Malle, Alains Resnais, Henri Verneuil, Claude Lelouch, George Lautner, François Truffaut, Jean-Pierre Melville ou encore Gérard Oury), Jean-Paul Belmondo a également évolué à l’écran accompagné de musiques originales composées par de grands noms aussi bien français qu’internationaux. Claude Bolling, Philippe Sarde, Vladimir Cosma, François de Roubaix, Francis Lai, Maurice Jarre, Michel Magne, Philippe Rombi, Alexandre Desplat, Georges Delerue, Jean-Claude Petit, mais aussi Ennio Morricone, Stephen Sondheim ou Armando Trovajoli : un superbe éventail de compositeurs renommés, toutes générations confondues ont ainsi mis leurs notes au service du jeu de l’acteur et de l’image captée par le réalisateur.

C’est avec plaisir que l’on redécouvre ici les partitions si caractéristiques d’Ennio Morricone pour des films comme « Le professionnel » (1981) ou « Peur sur la ville » (1975). Il s’agit d’ailleurs de l’un des compositeurs que l’on retrouve le plus fréquemment sur les longs métrages de Belmondo. Philippe Sarde (« Flic ou voyou » en 1969, « Le Guignolo » en 1980, etc.) et Georges Delerue (« L’Aîné des Ferchaux » en 1965, « L’incorrigible » en 1975, etc.) ont également été largement sollicités. Parmi les compositeurs plus contemporains, Alexandre Desplat pour un film comme « Une chance sur deux » (1998) et Philippe Rombi sur « Un homme et son chien » (2009) donnent un souffle nouveau, soulignant le jeu d’acteur plus apaisé et encore plus profond de Belmondo quant à la psychologie des personnages qu’il incarne.

 

  Crédits photographiques : Keystone France / Gamma Keystone