La musique prend l’eau !



  • JEFF MILLS

Electronique et organique se retrouvent sous un pont. Jeff Mills l’un des pionniers de la musique électronique de Détroit a aussi un faible pour l’aventure artistique. Dans une ronde intime, il marque le rythme avec la phalange symphonique de Montpelier et installe son dancefloor au pied du décor minéral du fameux ouvrage antique, celui qui enjambe le Gardon. Quoi de mieux qu’un pont comme symbole de réunion des mondes ?

  • AQUASONIC

Les images de ces artistes confinés continuant à se produire dans le carré des écrans d’ordinateur ont un air de ressemblance avec la vision sur scène du groupe Aquasonic. En 2014 le groupe danois a voulu tenter l’expérience de la musique aquaphonique. Pour cette musique produite dans l’eau, il a été fabriqué à chacun des musiciens un caisson pour recevoir le liquide dans lequel il s’immerge pour jouer. Des instruments de musique spéciaux ont aussi été conçus ainsi qu’un système de prise de son spécifique. La chanteuse quant à elle a dû mettre au point une technique lui permettant de retenir une bulle d’air à l’intérieur du palais. Le son pour se propager a besoin d’un fluide ainsi dans le cosmos où il n’y a rien à respirer il n’y a rien à entendre, et alors qu’il se déplace de 340m/s dans l’air, l’eau qui ralenti nos mouvements le propulse à près de 1500m/s. Etrange spectacle visuel que ces artistes sur scène chacun dans leur cube de confinement aquatique les uns à côté des autres et dont les gestes, le mouvement des cheveux et des étoffes semblent apparaitre en slow mouvement. Les timbres sont dépourvus de réverbération mais un glougloutement anarchique les accompagne constamment. Prenez vos masques et plongez avec eux.